FERIA NIMES / BULLFIGHT OF NIMES

Dans un jeu de lumières crues et colorées la tauromachie est une dramaturgie codifiée, l’arene en est le théâtre, le taureau et le toreadore les acteurs principaux engagés dans un combat inexorable. Le temps est parfois suspendu dans l’attente d’un geste ou d’un mouvement précurseur du combat. La tention, l’attention de l’imminence de la rencontre entre le taureau et du toréador est contenu dans l’observation du moindre geste qui puisse à tout instant déclencher la lutte. Le départ tête baissée d’un taureau, l’approche lente et gestuelle du toréador son tissu rouge au bout des doigts. Xavier Pangaud aime d’un geste, d’un coup de pinceau saisir cet instant incertain, celui d’un instant qui semble durer une éternité. Dessiner au pinceau avec de l’encre de Chine permet d’essayer d’être plus rapide ou au moins aussi rapide que le sujet dessiné. Certes le premier geste est en noir et blanc et non pas bariolé de couleurs stridentes , mais le contraste du noir et blanc et la fluidité de l’encre permettent avec un minimum de moyens d’essayer de saisir instantanément l’action.